Le ciment est un matériau essentiel dans le domaine de la construction et celui du bâtiment en particulier. Il en existe différentes sortes de ciment, dont celui qui est appelé « ciment réfractaire ». Ce dernier dispose de caractéristiques spécifiques qui le différencient des autres types de ciment et c’est ce que vous allez retrouver dans cet article.

Demandez des devis gratuits pour vos travaux

Qu’est-ce qu’un ciment réfractaire ?

En quoi un ciment réfractaire se différencie-t-il du ciment classique ? Ce type de matériau est un ciment à base d’aluminates de calcium qui conserve ses propriétés physiques même quand il est exposé à des températures très élevées allant de 1 000 à 1 800 °C, et ce, même pour une période de longue durée.

Tout comme la tuile et la brique réfractaire, le ciment réfractaire est capable d’emmagasiner la chaleur et peut résister à une température maximale de 1 800 °C. Par ailleurs, le ciment réfractaire est proposé sous diverses formes selon son champ d’application : pâte ignifuge, granulée, poudre sèche et autres.

Quels sont les différents types de ciment réfractaire ?

Selon la température maximale supportée, il existe plusieurs types de ciment réfractaire. De ce fait, leur utilisation doit également s’adapter à cette caractéristique calorique. Ci-après quelques exemples de ciment réfractaire disponibles sur le marché.

Le ciment réfractaire 1 100 °C

Comme son appellation l’indique, ce type de ciment réfractaire prêt à l’emploi est capable de résister à une température de 1 100 °C. Il peut être proposé sous forme de poudre sèche et s’utilise particulièrement dans les travaux de maçonnerie de fours, barbecues, cheminées et autres. Ainsi, ce ciment sert :

  • Au scellement des briques réfractaires,
  • À la construction de boisseaux de cheminées,
  • À la réfection des joints usés,
  • Au colmatage des fissures dans les foyers, etc.

Le ciment réfractaire 1 500°

Le plus souvent présenté sous forme pâteuse dans une cartouche, ce type de ciment peut résister à la flamme et à une température allant jusqu’à 1 500 °C. Son domaine d’utilisation s’apparente au ciment réfractaire cité précédemment avec comme seule différence, la température maximale supportée. Pour sa conservation, il est primordial de le stocker dans un endroit à l’abri du gel.

Le ciment réfractaire 1 800°

Capable de résister à une température extrême de 1 800 °C, ce type de ciment réfractaire s’utilise pour la construction des parois intérieures de cheminées et de fours. Évidemment, ces parties d’une construction sont les plus exposées à une température maximale de chaleur. En outre, ce ciment s’utilise également dans la conception des diverses structures au sein de l’industrie de la fonte où la température peut atteindre un niveau très élevé.

Demandez des devis gratuits pour vos travaux

Quel est le prix du ciment réfractaire ?

Selon son conditionnement, sa quantité, la température à laquelle il est capable de résister et autres caractéristiques, le ciment réfractaire peut avoir différents prix. Ainsi, en moyenne, le coût de ce type de ciment se situe entre 5 € et 50 €. En guise d’exemple, le prix d’un ciment réfractaire pâte est situé entre 5 € et 15 €. Tandis que s’il est en seau de 3,5 kg, son prix peut coûter entre 15 € à 20 € selon la marque.

Ciment réfractairePrix moyen
En pâte5 – 15 €
En seau de 3 kg15 – 20 €
En sac de 25 kg20 – 30 €

Notez également que chaque magasin n’offre pas les mêmes prix pour un ciment réfractaire identique. Aussi, avant de fixer votre choix, n’hésitez pas à faire un tour des magasins de bricolage physiques ou en ligne.