Les gros œuvres destinés à subir une action forte du feu nécessitent l’usage de matériaux spéciaux. En effet, il faut utiliser des éléments réfractaires comme le mortier réfractaire. La composition de mortier réfractaire a été pensée afin d’obtenir une haute résistance à une température élevée. Il faut donc recourir à une préparation de mortier réfractaire pour construire une cheminée par exemple.

Demandez des devis gratuits pour vos travaux de gros oeuvre

De quoi est composé un mortier réfractaire ?

Les mortiers réfractaires, à l’instar des mortiers de réparation, sont composés de granulats et de liants. La seule différence entre ces deux types de mortiers réside dans la nature des granulats et la manière dont ils agissent. En effet, la nature des liants à destination de haute température est très variée. Une grande partie des liants n’agit pas face à une chaleur ambiante, mais uniquement quand la température est trop intense.

En ce qui concerne les granulats réfractaires, ils sont issus des roches réfractaires. Ce sont des sous-produits industriels conçus à partir de la cuisson d’une argile riche en alumine à une température de 1300 °C. Le dosage est généralement de 400 kg par m3 de ciment avec un rapport eau/ciment de 0,40 tout au plus.

Mis à part les liants et les granulats, des composés minéraux sont aussi contenus dans les mortiers réfractaires. Le choix de ces éléments varie selon les propriétés physiques, chimiques ou de résistance mécanique que vous désirez obtenir en matière d’absorption de chaleur ou d’isolation. Mais également en termes de conductivité et de résistance aux chocs mécaniques.

Étapes de mise en œuvre du mortier réfractaire

La préparation d’un mortier réfractaire passe par quelques étapes clés. Il est impératif de bien respecter les démarches de mise en œuvre pour profiter pleinement de ses performances.

1. Préparation des coffrages

Les coffrages peuvent être en bois ou en fer. Dans le cas du bois, les parties en contact avec le mortier devront être parfaitement imperméables. Pour les coffrages en fer, il est conseillé d’huiler la partie en contact avec le mortier pour simplifier le décoffrage.

2. Préparation du mortier réfractaire

  • Pour commencer, malaxez le produit sec pendant 30 secondes à l’aide d’un malaxeur intensif ou d’une bétonnière.
  • Ensuite, ajoutez de l’eau propre à température ambiante de 15/17 litres pour 100 kg de produit.
  • Ajoutez les 2/3 en une seule fois et le reste de manière progressive pour ajuster la consistance.
  • Stoppez le malaxage quand le mélange devient plastique et brillant.

3. Mise en place du mortier réfractaire

  • Coulez, tringlez ou vibrez le produit jusqu’à obtenir une surface plane et brillante.
  • Évitez de remouiller ou de remalaxer le reste d’une gâchée non utilisé dans la demi-heure suivant le malaxage.
  • Ensuite, procédez au séchage. Pour éviter un séchage trop rapide, gardez l’ouvrage humide dans les 24 h après le début de la prise, et ce, tout en laissant des sacs humides en contact avec le mortier ou en l’arrosant légèrement.
  • Enfin, le décoffrage qui peut s’effectuer 12 heures après le coulage du béton (température ambiante de 15/20°).

À titre informatif, le mortier réfractaire ne doit pas être utilisé par des températures inférieures à -5 °C.

Recevez des devis gratuits pour vos travaux

Prix d’un mortier réfractaire

Le produit se présente généralement sous forme de poudre sèche livrée en sac papier avec film imperméable. Grâce à une granulométrie de 0 à 1,5 mm, ce produit peut résister jusqu’à une chaleur de 1100 °C. Voici donc un tableau récapitulatif pour estimer le prix d’un mortier réfractaire en fonction de la quantité.

Quantité du mortier réfractairePrix
5 kgEnviron 73,8 euros
10 kgEnviron 145,35 euros
20 kgEnviron 313,2 euros
40 kgEnviron 696,15 euros

Le prix des mortiers réfractaires dépend ainsi de la quantité et de la qualité de ceux-ci.