Tout comme un grand nombre de travaux, le ravalement de façade est éligible à plusieurs aides financières proposées par l’État. Toutefois, ces subventions sont disponibles uniquement sous certaines conditions. Quelles sont-elles et comment les obtenir ? Le point.

Demandez des devis gratuits pour vos travaux de ravalement de façade

Ravalement façade : qu’en est-il des aides financières disponibles ?

Dans le domaine du bâtiment, un ravalement consiste à remettre en état les façades d’un immeuble. Cela concerne aussi bien les murs d’un bâtiment que toutes les dépendances immédiates comme les fenêtres, volets et balcons. Ce genre de travaux peut engendrer des coûts très élevés. Pour pallier cela, vous pouvez compter sur les différentes aides et subventions fournies par l’État et qui sont disponibles auprès de votre mairie. Rappelons que le ravalement des façades fait partie des travaux obligatoires qui devraient être faits suivant une durée déterminée par chaque ville (entre 10 à 15 ans).

Pourquoi l’État accorde-t-il une aide financière pour le ravalement de façade ?

L’État a tout à gagner en finançant les travaux de ravalement de façade, car ces derniers contribuent à l’amélioration de la performance énergétique d’un immeuble. En effet, selon plusieurs études effectuées sur la question, l’une des principales causes des fuites de chaleur d’un logement provient de la défaillance avérée de l’isolation des façades. En outre, il a aussi été prouvé que les déperditions énergétiques qui y sont liées peuvent atteindre jusqu’à 25 % des besoins en énergie de l’habitation.

Les différentes aides financières pour les travaux de ravalement de façade

Voici quelques aides financières sur lesquelles vous pouvez compter afin d’alléger ou financer vos travaux de ravalement de façade.

Le crédit d’impôt transition énergétique

Les travaux de ravalement façade sont éligibles au crédit d’impôt énergétique. C’est une aide financière sur laquelle les particuliers peuvent compter, à condition de se conformer à certaines normes légales. Par exemple concernant les matériaux d’isolation thermique, ils doivent présenter une résistance calorifique supérieure ou égale à 3,7. Aussi, les travaux doivent être effectués par un professionnel certifié RGE. Cette année, ce taux est équivalent à 30 %.

Les Primes CEE

Dans le cadre d’un ravalement de façade, l’isolation des murs extérieurs est éligible aux primes CEE. C’est un dispositif d’aide écologique qui est mis sur pied par l’État qui implique la participation de certains acteurs. Le niveau d’aide que vous obtiendrez sera en fonction de votre revenu. Pour pouvoir en bénéficier, vous devez confier la réalisation de vos travaux à un spécialiste RGE. Aussi, votre demande devra être déposée avant même la signature du devis de ravalement.

L’écoprêt à taux zéro

C’est une autre aide à laquelle tout le monde peut postuler concernant la réduction des dépenses liées à ses travaux de ravalement. En effet, c’est une sorte de prêt bancaire qui se différencie du prêt classique par son faible taux. À la seule différence que les intérêts sont remboursés par l’État et non par l’emprunteur. Toutefois, trois conditions doivent être réunies pour bénéficier de cette aide financière, à commencer par des travaux éligibles qui doivent être effectués par un professionnel de la RGE. Enfin, la réalisation des travaux doit être effectuée trois ans après la demande de prêt.

Des experts proche de chez vous estiment gratuitement vos travaux de ravalement

L’ANAH : une aide disponible auprès de la mairie

Pour les travaux de ravalement de façade, une aide est aussi disponible auprès de la mairie. Il s’agit des aides de l’ANAH ou Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat. En effet, elle vient en aide aux locataires et propriétaires qui entreprennent des travaux de rénovation pour l’entretien et la qualité de leurs logements. Cette subvention est importante, car elle peut représenter plus de 50 % de la facture. Pour en profiter pleinement, il convient non seulement de remplir les conditions nécessaires, à savoir être locataire ou propriétaire et avoir le logement comme résidence principale depuis au moins 9 ans.