rénover une toiture

La rénovation de toiture ancienne est importante pour économiser de l’énergie et gagner en confort. Il peut s’agir d’isolation de toiture, réfection d’étanchéité, changement de tuiles et bien d’autres encore. Pour alléger les frais de travaux, une aide de l’État pour rénovation de toiture est proposée sous plusieurs formes. Mais avant, vous devez être éligible à l’aide gouvernementale pour réfection de toiture.

Demandez des devis gratuits pour vos travaux de rénovation

Comment fonctionne l’aide de l’État pour rénovation de toiture ?

La rénovation de toiture figure parmi les travaux largement aidés par l’État pour de multiples raisons. En effet, un toit mal isolé et en piètre état est responsable à lui seul de 30 % de fuite de chaleur dans un logement. Mettre un terme aux fuites thermiques par la toiture s’inscrit donc dans le cadre des politiques de développement durable soutenues par le gouvernement.

Isoler et mettre en place des fenêtres de toit performantes font ainsi partie des programmes relatifs à la transition écologique. La majeure partie de ces subventions s’adresse aussi bien aux propriétaires occupants qu’aux bailleurs. En fonction des programmes, certains travaux sont soumis à des conditions particulières. Dans tous les cas, les travaux de rénovation de toitures doivent :

  • être réalisés par des entreprises certifiées RGE ou reconnu Garant de l’Environnement,
  • être conformes à des impératifs de performances énergétiques minimales.

Les différentes aides de l’État pour réfection de toiture

Les aides proposées par l’État se présentent sous de nombreuses formes.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE

Ce type d’aide s’adresse aux propriétaires occupants et locataires d’un logement construit depuis plus de 2 ans. En effet, le CITE permet de déduire de vos impôts 30 % des dépenses d’équipements et de main-d’œuvre à concurrence d’une somme plafonnée de 8 000 euros par personne. Cette somme est majorée de 400 euros par personnes à charges supplémentaires. Cette aide concerne certains travaux liés à la rénovation énergétique incluant l’isolation du toit. Mais à condition que les matériaux et les équipements disposent respectivement d’une performance énergétique supérieure ou égale à 4,5 m². K/W pour les toitures-terrasses et 6 m². K/W pour les rampants de toitures et plafonds de combles.

L’écoprêt à taux zéro ou éco-PTZ

Accessible aux propriétaires occupants et aux bailleurs, ce type d’aide permet de profiter d’un prêt à taux zéro. Cette subvention présente une valeur minimale de 30 000 euros pour mettre en œuvre des travaux d’écorénovation. Ces derniers concernent les petits travaux de rénovation de toiture n’incluant pas l’isolation. Dans le cadre des travaux d’isolation thermique performante du toit, certains travaux dits « induits » peuvent être financés par cette aide financière à taux zéro. Il s’agit des travaux nécessitant l’intervention d’un professionnel sur votre toiture.

Les aides de l’agence nationale de l’habitat ou Anah

Ce type d’aide financière s’adresse aux foyers modestes et très modestes dont la maison nécessite une rénovation de toiture. Les maisons concernées doivent être construites depuis au moins 15 ans. La part de prise en charge s’élève à 50 % de la valeur totale des travaux HT avec un montant maximum de 10 000 euros ou 25 000 euros en cas de travaux lourds.

Des professionnels de votre région estiment gratuitement vos travaux de toiture

L’objectif des aides de l’État pour la rénovation de toiture

Le toit d’une maison représente l’un des points importants de perte d’énergie dans un logement. À cet effet, l’État a mis en place des dispositifs financiers et des subventions dans le cadre de sa politique de développement durable. Cela concerne les propriétaires qui entreprennent des travaux de rénovation. Ils possèderont alors des certificats d’économies permettant le déblocage des aides.

Pour cela, vous pouvez toujours consulter la documentation de l’Agence de l’environnement et de la maitrise d’énergie ou Ademe qui récapitule les aides disponibles en France. À cela s’associent les conditions d’attribution, les cumuls possibles et les aspects techniques exigés pour les matériaux et les équipements.