Le ravalement de façade permet de réduire la consommation énergétique d’un logement. C’est pour cette raison que ce type de travaux est éligible à une aide venant de l’État ou un autre organisme. La subvention pour ravalement de façade peut prendre plusieurs formes, dont le propriétaire peut bénéficier en fonction de ses ressources. Cependant, certaines aides financières pour ravalement de façade n’exigent aucune condition de ressources.

Recevez 5 devis gratuits pour vos travaux de ravalement de façade

Ravalement de façade : définition

Le ravalement de façade consiste à remettre à neuf les façades et les éléments apparents d’une maison ou d’un immeuble. Sachez que les travaux de ravalement doivent se faire dans le respect de l’aspect d’origine de la façade. Au fil des années, votre maison peut subir des dégradations à cause des mouvements de structure. Par conséquent, des fissures et des crevasses apparaissent sur vos murs extérieurs. Ce qui peut engendrer une dégradation de l’isolation ou des infiltrations d’eau. C’est la raison pour laquelle le ravalement de façade régulier est nécessaire pour pallier le problème.

D’après le Code de la construction et de l’habitation, les façades d’un bâtiment doivent être maintenues en bon état. En d’autres termes, elles ne doivent pas présenter un quelconque danger pour les résidents et les passants. En plus d’être tenue propre, la façade doit demeurer solide et à l’abri des remontées capillaires ainsi que des ruissellements d’eau. À cet effet, les travaux de rénovation de façade sont obligatoires et doivent avoir lieu tous les 10 ans.

Les différentes aides disponibles pour un ravalement de façade

Le ravalement de façade fait partie des travaux éligibles aux différentes subventions à soutenir la transition énergétique.

La prime énergie

La rénovation de façade peut, comme tous travaux d’isolation thermique, accéder à la prime énergie. Il s’agit d’un dispositif d’aide écologique mis en place par l’État avec la contribution de certains acteurs comme le producteur, le distributeur ou le vendeur intégrant la filière énergétique. Cette forme d’aide vise à récompenser les efforts des ménages pour la réduction de leur consommation d’énergie. Cela dit, cette aide est soumise à certaines conditions d’éligibilité. Par exemple, il faut confier les travaux à un professionnel certifié RGE.

L’écoprêt à taux zéro

L’éco PTZ est une autre forme de subvention à laquelle vous pouvez prétendre pour vos travaux de rénovation de façade. Il s’agit d’une sorte de prêt bancaire dont les intérêts sont payés par l’État au lieu de l’emprunteur. Tout comme la prime énergie, il faut remplir certaines conditions pour pouvoir bénéficier de cette aide. Parmi ces conditions, il faut, par exemple, que les travaux soient réalisés dans un délai de 3 ans, et ce, par un artisan certifié RGE.

Le crédit d’impôt écologique

Le ravalement de façade est également éligible au crédit d’impôt écologique. Cependant, afin de bénéficier de cette aide, les travaux doivent respecter certaines normes légales. En effet, il est exigé que les matériaux utilisés soient des matériaux d’isolation thermique. En d’autres termes, des matériaux qui présentent une résistance calorifique égale ou supérieure à 3,7. Et bien sûr, il faut que l’opération soit réalisée par un professionnel certifié RGE. À l’heure actuelle, le taux du crédit d’impôt pour la rénovation de façade s’élève à 30 %.

Des professionnels de votre région estiment gratuitement vos travaux de façade

Pourquoi le ravalement de façade est-il éligible aux subventions de l’État ?

Le ravalement de façade inclut différents types de travaux, à savoir :

Si le ravalement de façade est éligible à ces aides financières, c’est parce qu’il permet de réduire les pertes thermiques subies par le bâtiment. En effet, il a été prouvé que l’une des principales responsables des fuites de chaleur d’une maison provient de la défaillance de l’isolation des murs. Les déperditions d’énergie ainsi engendrées peuvent aller jusqu’à 25 %. C’est pour cette raison que le ravalement de façade est subventionné par l’État afin de limiter les pertes d’énergie.